Hello, voici la 2ème partie sur l’octobre rose et sur le cancer du sein. Si tu as raté la 1re partie, je t’invite à aller voir cet article ICI et revenir voir la 2ème partie après 😀 

Quels sont les examens qu’on va me demander de faire ?

La Mammographie :
-La mammographie se fait toujours sur les 2 seins pour pouvoir comparer.
-Elle se fait dans au moins 2 incidences (c’est à dire : de face + oblique externe ; de face + de profil …)
-Elle doit être lue par 2 radiologues différents.

La mammographie est l’examen de 1ère intention (c’est à dire qu’on va faire en 1re) SAUF chez la femme jeune (< 30 ans) car les seins sont trop denses et on préférera souvent faire une échographie en 1re temps.

Mais ça dépend surtout du gynécologue, de ses habitudes et du contexte de découverte du nodule.

Quand doit-on faire une mammographie ?

Pour le dépistage organisé par le ministère de la santé :
– 1 fois tous les 2 ans pour toutes femmes entre 50 et 74 ans.

Devant toute anomalie à l’examen clinique à n’importe quel age.

Pour info :
Une mammographie est de meilleure qualité quand elle est réalisé en 1ère
partie de cycle (les 14 premiers jours du cycle menstruel).

Alors oui la mammographie ce n’est pas une partie de plaisir mais c’est TRES IMPORTANT !!!

Il faut absolument que toutes les personnes de plus de 50 ans aille faire leurs mammographies tous les 2 ans !
C’est totalement remboursé et c’est très important !

Comment interpréter les résultats d’une mammographie ?

Dans le compte rendu de votre mammographie, il va être noter une classification ACR.

Je ne vais pas rentrer dans les détails mais c’est une classification qui prend en compte le nodule, les calcifications et l’architecture de votre sein.
C’est cette classification qui va décider de la suite de la prise en charge.

L’ACR se classe de 0 à 5.

ACR 0 = On ne peut pas interpreter la mammographie car le sein est trop dense : faire une échographie

ACR 1 = Normal

ACR 2 = anomalies bénignes : aucune surveillance supplémentaire nécessaire

ACR 3 = anomalie probablement bénigne : contrôle par une mammographie à 3 – 6 mois
Si ACR 3 et des facteurs de risque ou un terrain inquiétant = Faire une biopsie.

ACR 4 = suspect.
Dans 40% des cas c’est malin!  Faire une biopsie.

ACR 5 = très suspect.
Dans 95% des cas, c’est malin ! Faire une biopsie.

Je vous met pour votre culture générale un exemple de mammographie de plusieurs stades.

Vous n’êtes pas radiologue (et moi non plus ^^) mais on voit très bien la différence entre l’ACR 1 qui est normal et l’ACR 4 qui est suspect.

Dans l’ACR 4, on voit bien que l’architecture du sein est totalement modifiée. On voit également une masse qui apparaît blanche à la mammographie.

Quel est le 2me examen à faire ?

Le 2me examen quand on cherche un cancer du sein, c’est l’échographie des seins :

– Toujours faire une échographie des 2 seins pour pouvoir comparer.
– Souvent couplée avec une échographie des aires ganglionnaires.

Quand fait-on une échographie ?

– De manière systématique en complément de la mammographie dès qu’on trouve une anomalie.
D’emblée chez la femme très jeune < 30 ans et chez la femme enceinte (car l’échographie n’est pas irradiante.)

Pour faire simple, la mammographie et l’échographie se complète.

L’échographie est plus performante que la mammo pour déterminer la taille et la structure de la tumeur.

 

Bon, je ne suis toujours pas radiologue, mais quand il y a du noir à l’échographie, c’est que les ultrasons n’ont pas pu passer. Donc c’est qu‘il y a une masse qui bloque la transmission des ultrasons.

Donc là on peut voir la boule noir qui est la tumeur.

Si la mammographie et l’echographie montre une tumeur (bénigne ou maligne), c’est quoi la suite  ?

Lorsque la mammo a donnée un résultat d’ ACR 4 ou 5 et qu’on a pu localiser précisément la tumeur avec l’échographie.

Il va falloir faire des biopsies afin de récupérer un morceau de cette tumeur et l’envoyer aux anatomo-pathologiste afin qu’ils identifient le type de tumeur. C’est à dire le type de cellule qui compose la tumeur.

Une biopsie se fait sous anesthésie locale, en quelques minutes. C’est généralement non douloureux.

Voilà le petit diagramme qui se trouve dans notre bouquin de gynéco et qui explique très clairement le cheminement que doit avoir le médecin lors de sa prise en charge.

 

 

 

 

Voilà, maintenant vous avez quelques bases sur la mammographie et l’échographie.

Et j’espère que vous aurez compris l’importance de faire ces examens quand on est concernée.

Je vous met le MAGNIFIQUE dessin-BD de Jessicart qui résume parfaitement ce qu’une femme peut ressentir lorsqu’elle va à la mammographie. Un dessin avec beaucoup d’humour mais qui reflète la vérité 🙂

Quels sont les types de tumeurs du sein ? 

Il y a 2 types de tumeurs du sein :

– Les tumeurs bénignes

-Les tumeurs malignes (=cancéreuses)

Tu veux savoir quels sont les tumeurs bénignes ?

Dans les tumeurs bénignes du sein, les deux pathologies les plus fréquentes sont :

-Le fibroadénome = Adénofibrome

-La mastopathie fibrokystique = MFK

Commencons par l’adénofibrome :

Il touche les patientes jeunes entre 25 et 30 ans, y compris l’adolescente.

C’est une tuméfaction le plus souvent non douloureuse, unique ou multiple, bien limitée, mobile par rapport à la peau et au reste de la glande mammaire, de taille en général inférieur à 30 mm, de consistance ferme (caoutchouteuse).

Une fois que la patiente aura fait la mammographie ou l’échographie, ou les 2. Si un doute persiste avec une possible malignité, on fera des biopsies. Si non, on fera une prise en charge simple.

Prise en charge d’un Adénofibrome :

– Surveillance 1 fois par an, avec un examen clinique et une échographie afin de suivre l’évolution de ce fibrome.

-Exérèse chirurgicale du fibrome si douleur ou gêne fonctionnelle et si préjudice esthétique.

La plupart du temps, cette tumeur reste stable des dizaines d’années sans problème.

Et le 2ème type de tumeur bénigne, le plus fréquent, c’est la mastopathie fibrokystique :

Plus fréquente chez les femmes de 35 à 50 ans.

Elle se caractérise par la présence de mastodynie(=douleurs mammaires) en rapport avec les cycles menstruels.

Il y a une ou plusieurs masses, arrondie, bien limitée, mobile par rapport à la peau, pouvant être sensible voire douloureuse. Parfois, présence d’un écoulement mammelonnaire.

Si l’échographie et la mammographie, ne montre pas de signe de malignité, on ne fera pas de biopsie.

La prise en charge classique d’une mastopathie fibrokystique :

    – Des progestatifs en deuxième partie de cycle afin de ne pas créer de variations dans les taux d’hormones au cours du cycle.

   – Pas d’indication à enlever le ou les kystes sauf en cas de gêne fonctionnelle ou esthétique ou de kystes atypiques.

Voici les 2 tumeurs bénignes. Comme vous pouvez le voir, les traitements sont très simple et peu contraignant !

Le point essentiel à retenir, c’est qu’une “boule” dans un sein n’est pas toujours cancereux !! Il existe des tumeurs bénignes du sein et il ne faut pas avoir peur de consulter !! 

Et si on passe aux tumeurs malignes ? 

Petit récapitulatif :

La patiente a découvert une boule dans son sein, elle fait une mammographie qui montre un ACR 4 ou 5 et une échographie qui confirme la malignité de la masse.

On lui fait des biopsies afin de prélever un morceau de la tumeur. Et on attend les résultats de l’anatomopathologiste.

Il y a 2 types anatomopathologiques principaux de tumeurs malignes :

– Le carcinome canalaire

– Le carcinome lobulaire

Et là, ceux qui se souviennent de la 1re partie sur l’anatomie peuvent localiser les tumeurs.  Le carcinome canalaire se situe dans les canaux galactophore, alors que le carcinome lobulaire se situe dans les lobules.

Les résultats de la biopsie nous donnent énormément d’informations concernant les récepteurs hormonaux que comportent la tumeur et des marqueurs que comportent la tumeur. Cela permet de savoir comment se comporte les cellules de la tumeur.

Ce sont, sur ces récepteurs ou ces marqueurs, que vont pouvoir agir les traitements. C’est donc essentiel de bien les identifier afin de donner le traitement le plus ciblé possible !

Une fois que la biopsie a donnée toutes ces informations. Les traitements qui vont être mis en place sont discutées en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Ce sont des réunions avec des oncologues , des radiologues, des anatomopathologistes … Afin de discuter du meilleur traitement pour la patiente.

En parallèle de la prise en charge médicale, les patientes bénéficient d’un accompagnement par une infirmière et une psychologue.

L’ensemble des soins, des examens, des transports, etc., est pris en charge à 100 %.

Quels sont les traitements disponibles pour ces tumeurs malignes ? 

Chaque patiente est différente et chaque traitement est différent.

Les traitements disponibles sont :

-Retirer la tumeur = la tumorectomie

-Retirer entièrement le sein = la mammectomie

-Radiothérapie = on expose une certaine zone du sein à une forte quantité de radiations afin de tuer les cellules cancéreuses.

Ex : Lorsqu’on enleve seulement la tumeur, on fait toujours une radiothérapie après, afin d’être sur qu’aucunes cellules cancéreuses ne se soit échappéés en dehors de la zone retirée.

-Retirer la chaîne de ganglion si jamais un des ganglions est atteint.

-Traiter les métastases.

-Réaliser des cycles de chimiothérapie afin de réduire le volume de la tumeur et pouvoir retirer la tumeur sans retirer tout le sein. Voir même éliminer entièrement la tumeur.

-L’hormonotherapie, c’est un traitement possible si les récepteurs hormonaux sont présent à la biopsie. C’est un traitement en comprimé à prendre pendant 5 à 10 ans.

Il existe actuellement plusieurs approches thérapeutiques pour tenter de soigner un cancer du sein. Cet arsenal thérapeutique est une vraie chance pour les patientes !!!

Est ce qu’un cancer du sein donne des métastases ?

Parfois, les cellules cancéreuses ont eu le temps de se ballader dans le corps et former des amas de cellules cancéreuses à différents endroits du corps. Ce sont des métastases.

Les sites métastatiques préférés des cellules cancéreuses du sein sont : les ganglions axillaires, les os, les poumons et le foie.

Si la tumeur du sein est maligne, on fera des examens complémentaires sur ces localisations, à la recherche de métastases :

– Une radiographie de thorax pour regarder les poumons.

– Une échographie abdominale pour regarder le foie.

Ces 2 examens sont souvent remplacés par un scanner thoraco-abdomino-pelvien.

-Une scintigraphie osseuse pour regarder les os.

Le dessin de Jessicart montre l’ablation d’un sein chez une femme qui avait une tumeur maligne.

Cependant aujourd’hui il existe pleins de techniques pour cacher la cicatrice et le manque d’un sein, comme par exemple le tatouage.

La mise en place d’une prothèse mammaire peut être proposée dans la majeure partie des cas.

Si on se penche sur la génétique du cancer du sein, Quand s’inquieter dans une famille ? 

Il faut analyser les membres de sa famille et regarder qui a eu un cancer.

Si on est dans un de ces cas, il faut en parler à son médecin généraliste afin qu’il fasse appel à un généticien :

  •  Au moins 3 cancers du sein chez des personnes apparentées au 1er et 2e degrés
  •  Au moins 2 cancers de l’ovaire chez des personnes au 1er ou 2ème degré.
  •  Au moins 2 cancers chez des personnes apparentées au 1er degré ± un des critères suivants peu importe le degrè :

– Cancer du sein chez une femme d’âge < 40 ans

– Cancer de l’ovaire ou du côlon survenant avant l’âge de 50 ans

– Cancer du sein bilatéral d’emblée

– Plusieurs cas de cancer chez la même personne

Tu as besoin d’un récap sur les dégrès dans une famille ? Je t’explique ^^ 

 

 

 

 

 

 

Il faut surtout regarder les personnes au 1re et 2ème degres par rapport à toi.

C’est à dire :

  • Tes frères et soeurs 
  • Ton papa et ta maman 
  • Tes grand-mères et tes grands-pères

Que va faire le médecin généraliste si je lui annonce des cancers dans ma famille ?

Si vous avez des cas de cancers dans votre famille, vous devez aller consulter votre médecin généraliste.

Celui ci, ferra un arbre généalogique et il pourra réaliser le score d’Eisinger. Celui ci, lui permettra de valider l’indication d’une consultation d’oncogénétique et envisager une recherche de mutations.

Qu’est ce que le score d’Eisinger ? 

Si le score d’Eisinger est égal ou supérieur à 3 = Réalisation d’une consultation d’oncogénétique.

Selon les résultats de cette consultation, l’oncogénéticien peut  envisager des recherches génétiques afin de savoir si le risque est considéré comme élevé ou très élevé.

Entre 2 et 5 % des cancers du sein sont d’origine génétique.

La consultation d’oncogénétique nécessite le consentement éclairé et écrit de la patiente.

Elle peut être faite à chaque fois qu’existe un contexte héréditaire.

Le but de la consultation est la recherche d’une mutation portant sur BRCA 1 ou BRCA 2.

Si on vous détecte les mutations BRCA1 et BRCA 2 ?

Si on vous detecte la mutation BRCA1 ou BRCA2, vous allez bénéficier d’un suivi médical très rapproché afin de prendre en charge LE PLUS RAPIDEMENT possible tous les signes qui peuvent être le début d’un cancer du sein.

Souvent, les modalités de suivi sont les suivantes :

  • une surveillance par un examen clinique réalisé par un gynécologue tous les 6 mois dès l’âge de 20 ans ;
  • un suivi par IRM et mammographie ± échographie 1 fois par an dès l’âge de 30 ans.

Les points essentiels :

  • Parler avec votre famille afin de savoir qui a eu un cancer du sein, cancer de l’ovaire, cancer du colon, cancer de l’endomètre, car tous ces cancers peuvent être liée par une mutation génétique.
  • Les mutations génétiques pour le cancer du sein sont le plus souvent BRCA1 et BRCA2, c’est elles que l’ont recherche en 1re lieu.
  • Ne pas hésiter à en parler avec son médecin généraliste quand on apprend qu’il y a déjà 2 cancers dans notre famille, ou bien quand il y a un cancer chez une personne jeune.
  • Si on vous découvre ces mutations, cela ne peut être que “bénéfique” pour vous car vous serez pris en charge précocement et cela augmentera vos chances de combattre ce cancer !

Voilà le dessin que Jessicart a réalisé pour la partie génétique.

Cela représente Jessica avec sa grand mère. Cela montre l’importance de parler avec les membres de sa famille sur ces antécédents médicaux afin de rechercher des liens héréditaires.

Et voilà, c’est la fin de ces 2 articles sur le cancer du sein !!!

En story Instagram, cela a cartonné et les gens étaient ravie de notre collaboration avec Jessicart sur un sujet aussi important que le cancer du sein.

Je souhaitais remettre en article ces stories pour toucher un maximum de personnes. J’espere que cela vous plait 😀

 

Une dernière chose, pendant tout le mois d’octobre, Medecindirect (une plateforme de téléconsultation) en collaboration avec Delphine Lemaitre (une choregraphe) et Elise Hameau (une illustratrice) ont lancé un challenge #breastdancechallenge . Cela consistait à faire une position (Poing sur le front en signe de lutte et main sous le sein en signe de protection) avec le tee shirt dessiné par Elise.

Voici mon interpretation de ce #breastdancechallenge 😀 

 

Fait avec folie par Angeliiiiique 

Article à retrouver dans Santé.

Si tu veux poster un commentaire, cela me ferait super plaisir ! 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si tu veux poster un commentaire, cela me ferait super plaisir ! 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *